Vous êtes ici : Accueil > Actualités > LA BRONCHIOLITE

LA BRONCHIOLITE

Le 06 novembre 2016
LA BRONCHIOLITE
L’hiver approche, faites attention à vos bambins car la bronchiolite peut frapper ! Mais qu’est-ce que c’est cette bronchiolite ? Quels sont les symptômes ? Quel traitement est préconisé ?

Spécialisée en kinésithérapie respiratoire, votre thérapeute située à Berchem-Sainte-Agathe se déplaçant à domicile vous informe sur la bronchiolite. 

La bronchiolite : définition et étiologie. 

C’est l’affection respiratoire pédiatrique la plus fréquente. Elle touche entre 70% et 80% des enfants de moins de 2 ans avec une recrudescence chez les nourrissons entre 2 et 10 mois.

Cette affection ne doit pas être prise à la légère car dans environ 2% des cas, elle nécessite une hospitalisation et dans de rares cas aller jusqu’au décès. 

La bronchiolite évolue de manière saisonnière à caractère hivernal de décembre à avril.

Elle débute généralement par une atteinte des voies respiratoires supérieures (extra thoraciques) puis dans les 48h à 72h, elle touche les voies respiratoires inférieures (intra thoraciques).

C’est une affection virale dont le principal agent est le Virus Respiratoire Syncitial (VRS). 

Quels sont les symptômes de la bronchiolite ? 

Les principaux symptômes sont : la rhinorrhée (écoulement nasal), des sifflements, la toux, un tirage sternal et costal. A ces symptômes respiratoires, s’ajoutent des symptômes digestifs, l’enfant mange de moins en moins, s’essouffle en mangeant, perd du poids.

On observe également une pâleur avec une cyanose autour de la bouche.

Si il y a dégradation de l’état général avec somnolence, une hospitalisation est nécessaire. 

Quel traitement ? 

La bronchiolite dure entre 7 à 10 jours et la toux peut persister pendant 15 jours après la bronchiolite.

Les antibiotiques sont inutiles dans cette affection virale.

Adopter une bonne position du bébé, en position surélevée (éviter les relax), la chambre doit être bien aérée et peu chauffée. Rajouter des rations hydriques et fractionner les repas.

Il faut procéder au lavage du nez avec aspiration des sécrétions nasales. Le médecin prescrira de l’aérosolthérapie, des corticoïdes,… selon le cas. 

La kinésithérapie respiratoire est recommandée lorsqu’il existe une obstruction des voies respiratoires par des sécrétions épaisses. Les manœuvres de kinésithérapie respiratoire peuvent paraître brutales mais elles sont indolores. Elles vont aider l’enfant à se désencombrer en faisant remonter les sécrétions du poumon vers la bouche.